Mes concerts de l’année – Feedback

A quelques semaines de mon grand départ à New York où je m’apprête à commencer une toute nouvelle vie, je regarde beaucoup en arrière et réalise que cette année a été riche d’expériences, de découvertes, de joie, de rencontres et de fêtes. Cette année fût particulièrement riche de concerts ! Puisque mes 365 jours musicaux ont commencé il y a exactement 1 an avec l’incroyable festival Lollapalooza près de Paris, je me suis dit qu’il était grand temps de vous faire un petit résumé « feedback » des concerts auxquels j’ai eu la chance d’assister cette année:

MACHINE GUN KELLY – Elysée Montmartre

Mon année musicale à réellement commencé le 29 Juin 2017 à l’Elysée Montmartre – Paris 17e – avec le concert de Machine Gun Kelly. J’ai appris qu’il se produirait à Paris à cette date-ci à peine quatre jours avant. Je me suis empressée de réserver deux billets pour ma meilleure amie et moi-même et quelques 72 heures plus tard nous y étions. Ah l’avantage de vivre à Paris ! Tout est bien plus simple pour les concerts ! Si vous ne connaissez pas cet artiste, je vous invite vivement à vous y intéresser: MGK est un jeune rappeur prodige dont l’univers mêle la nostalgie, la colère, l’espoir, le courage, la fierté, et ses convictions personnelles. En effet, son lourd passé d’héroïnomane repentit inspire sa plume et la fierté de s’en être sortit s’entend dans chacune de ses paroles. MGK est inspirant et inspiré, et à l’inverse de beaucoup de rappeur américain, sa musique prend aussi ses racines dans un univers rock’n’roll que l’on entend beaucoup via des consonances de guitares électriques et de paroles parfois hurlées à pleine voix. Bref, vous l’aurez compris, MGK est unique en son genre. Son débit de parole est impressionnant (dont son nom de scène d’ailleurs) et sa voix chantée est belle et mélodieuse. Le voir en concert dans une petite salle fut un réel plaisir : Pas de spectacle grandiose recelant de régis lumière hors du commun ou de grands écrans hallucinants. Juste MGK, son beau pied de micro en forme de rose fanée, ses guitares, son talent, et nous. Une ambiance intimiste pourtant bourrée d’énergie. Un souvenir inoubliable !

mgk.png

Pour découvrir MGK 

 

Lollapalooza – 23 & 24 Juillet 2017

Je ne m’étalerais pas trop sur ce festival fantastique et hors du temps puisque j’en ai déjà fait un article l’année dernière. Cependant, je n’ai pas honte de répéter et d’insister sur le simple fait que l’expérience festival est forte et magique. Le temps s’arrête, ma vie entière était sur pause. Les heures, la temporalité, tout cela n’existe plus, tout cela n’a plus aucune importance. Seule la musique, la célébration de la musique compte. Deux jours qui ont le goût de milles vies vécue à 1000 km/h, le goût d’éternité. La musique rassemble, la musique fédère. Nous étions tous là pour nous amuser et faire vibrer nos corps et nos cœurs au rythme des enceintes énormes hurlant en live le talent et la musique que nous aimions tous. C’était fort, très fort.

Les artistes que j’y ai vu le jours 1 : Un Milky Chance possédé par sa musique et relié de façon vitale et organique à sa guitare et à la scène, il a embarqué toute la foule dans son univers avec une facilité toute naturelle // Glass animals, en transe et vivant leurs musique comme si elle entrait en eux et faisait danser chacun de leurs organes vitaux. Avec eux, l’heure et demie de concert m’a semblé durer moins de 10 minutes. Des magiciens // Imagines Dragons, venant chercher mon cœur avec leurs basses et leurs tambours et ne me l’ayant pas rendu depuis (j’y reviendrai) // The Weeknd, petit et seul sur scène mais remplissant tout l’espace de sa simple présence scénique, une voix d’ange en live encore plus envoûtante que sur ses albums, et un show impressionnant. Du grand spectacle s’achevant sur un beau feu d’artifices.

Jours 2 : Une Charli XCX ouvrant le bal avec une belle énergie, girly et hurlant l’amour, la tolérance et la joie d’être jeune et vivante // Un Tom Odell hors de lui-même, en transe et possédé par son art, affichant au monde son histoire d’amour avec son piano, donnant de sa voix et de sa personne pour m’arracher mille et unes larmes – Oui, j’aime Tom Odell d’un amour inconditionnel et suis sincèrement convaincue qu’il est le plus grand et le plus talentueux artiste de notre époque, l’univers est trop petit pour lui. Just Saying. // Un Alan Walker donnant un set dansant, hypnotique, surprenant et complètement fou (il n’y pas d’autres mots pour le qualifier mieux que ça) // Un Don Diablo fédérant ses fans du monde entier venu spécialement pour lui et nous ambiançant avec dynamisme et remix étonnants // Les artistes mystérieux et indescriptibles du groupe Alt-J avec une mise en scène décalée et envoûtante // Et un DJ snake communicatif et bouillonnant d’énergie qui a mixé un set d’une beauté apocalyptique sous un ciel d’eau et de tonnerre recouvrant une foule hystérique d’une énergie incroyable. Un seul mot pour Snake : Impressionnant. Vous connaissez mon admiration pour cet homme, mais je vous assure que je n’exagère pas en vous disant qu’il s’est passé quelque chose de l’ordre du surnaturel ce soir-là.

lola

Si vous souhaitez en savoir plus sur tous ses artistes et découvrir leurs univers resepctifs, je vous invite à jeter un œil à mon article « Lookbook Festival – Lollapalooza »

L’aftermovie.

 

DJ Snake sur l’Arc de Triomphe – 6 Septembre 2017

N’ayant juré plus que par DJ Snake après l’avoir vu – ou plutôt vécu – à Lollapalooza, j’ai eu l’immense chance de faire partie des quelques invités triés sur le volet pour assister à un événement historique : le premier artiste donnant un concert ultra-privé filmé et diffusé en live uniquement par drone au sommet de l’impressionnant Arc de Triomphe. En effet, aucune place à la vente, aucune publicité ou promotion, et aucun communiqué de presse n’ont été diffusés nulle part afin d’annoncer l’événement top secret. Nous ne pouvions être au courant du show seulement si nous y étions invités. J’ai eu cet immense honneur et le concert fut inoubliable. DJ Snake, ou William de son vrai nom, a su garder l’humilité et la simplicité du jeune homme discret et modeste qu’il était autrefois, avant de devenir LE phénomène mondial. Ce soir-là, nous n’étions pas en présence de DJ Snake, nous étions en présence de William jouant du DJ Snake. Il n’était que lui-même et c’était tout ce qu’il fallait pour remplir l’espace et recouvrir la stratosphère parisienne d’une énergie et d’une musicalité sans précédents. Il nous a fait découvrir en avant-première A Different Way qui fit un carton quelques semaines plus tard. De ses morceaux les plus célèbres en passant par les moins connus, William a donné de sa personne et respirait la joie, la fierté et l’honneur d’être le premier artiste à joué au sommet de Paris, sa ville de naissance, de cœur, d’amour… Il a ensuite prit le temps de boire un cocktail et de grignoter quelques petits fours avec chacun de ses invités. Un grand artiste, un grand homme, grâce à qui j’ai passé un moment rare et exceptionnel.

snake

Pour en savoir plus à propos de DJ Snake et de cette soirée, je vous invite à lire mon article « Above The Noise with DJ Snake ».

L’aftermovie + live performance

 

Vianney –  Zénith – 22 Novembre 2017

Après tant d’agitation, j’ai ralenti agréablement la cadence en assistant au concert de Vianney au Zénith de Paris. Le spectacle étant pourtant donné dans une grande salle très réputée, Vianney a su créer une atmosphère intime et bon enfant avec les quelques milliers de spectateurs remplissant le Zénith. Il était seul, simple, naturel, souriant et mutin sur scène avec sa guitare et de belles performances lumineuses et audio-visuelles. Vianney a joué avec son cœur et sa voix si spéciale et mélodieuse était très belle en live et remplissait tout l’espace qui pourrait pourtant sembler immense pour un artiste seul sur scène. De plus, il a beaucoup communiqué avec le publique et nous a fait la belle surprise d’inviter ses amis Big Flo et Oli à le rejoindre sur scène pour quelques morceaux originaux et improvisés. Que de beaux souvenirs. Mention spéciale à Foé, un jeune chanteur ayant assuré la première partie avec brio, il est talentueux et son univers est mystérieux, mélancolique et envoûtant, sans oublier sa voix merveilleuse (et sexy). Aucun doute, Foé deviendra un grand.

vianney

Pour découvrir Vianney, Foé, Bigflo & Oli

 

Imagine Dragons – Bercy – 22 Février 2018

Lollapalooza fut l’élément déclencheur de mon engouement pour ce groupe que j’avais toujours aimé et écouté sans réellement m’y intéresser. Après les avoir vu sur scène en festival, j’avais été impressionnée par la capacité qu’ils avaient eu de communiquer une si belle énergie, une si grande onde de positivité et de bonheur et un message d’acceptation et de tolérance émouvant tout en donnant un spectacle hallucinant avec les moyens limités d’une scène en pleine aire. Bref, j’étais curieuse et très impatiente de les revoir sur une scène incroyable : Bercy.  Le concert fut à la hauteur de mes espérances, et même plus que ça. Tout devant, en tête de fausse, j’ai pu les voir jouer avec cœur. Ces artistes ayant à leurs actifs plus de dix ans de carrière continuent à s’émerveiller du métier qu’ils font et à réaliser presqu’avec surprise la chance qu’ils ont de vivre de leur rêve et de pouvoir utiliser leur talent, leur travail, et leur personne toute entière au service de la musique. Ils sont dévoués à la musique et à la scène et vive entièrement pour cela. C’est beau, c’est authentique, c’est émouvant. Le chanteur, Dan Reynolds, est un homme très positif, n’ayant pas toujours eu une vie facile, qui dédie maintenant sa vie à utiliser son art et sa musique pour aider les autres en communiquant des messages de soutien, de paix, de tolérance, d’amour et de force. Un homme inspirant, un modèle de bonté, de succès, de réussite, de simplicité et du bonheur à l’état pur sous forme humaine. Leur dynamisme, leur harmonie et leurs sourires ont emplis la salle d’une effervescence rare, étonnante et positive, que nous, publique, avons reçu en plein visage, parfois nous remplissant le cœur tellement vite qu’il débordait sous forme de larmes. C’était très fort. J’en suis sortie l’âme en fête, remplit de joie et de chaleur, l’estomac retourné d’un trop plein d’émotion. C’est une expérience unique qui se vit ensemble tout en étant très individuelle et intime. De plus, d’un point de vu scénique, le spectacle était impressionnant : canons à confettis, ballons géants lâchés sur la foule, flash de lumière hypnotiques, instruments de musiques et tambours puissants et artistes passionnants et passionnés.

ID

Pour découvrir Imagine Dragons

 

Roméo Elvis – Transbordeur – 7 Avril 2018

Quel plaisir d’assister à un concert dans ma ville de Lyon adorée. Surtout lorsque l’artiste en question est l’homme énigmatique m’ayant redonné goût au rap français – ou plutôt Belge. Roméo Elvis est venu après que la petite salle du Transbordeur ait été ambiancée et chauffée à très haute température par Isha, puis Jeanjass et Caballero. Nous étions tous lessivés par les nombreux pogos et la folie de ces deux premières parties, pourtant lorsque Roméo a fait son entré l’excitation était à son comble. Roméo a joué son album Morale 2 avec naturel tout en s’amusant et en communiquant avec nous. Bien que de plus en plus célèbre et adulé, Roméo reste un jeune homme fou de musique et profitant a chaque performance de la chance qu’il a de pouvoir se produire sur scène. Un plaisir pour les yeux de voir un jeune artiste continuer a s’accomplir et s’épanouir. La musique de Roméo Elvis est souvent associée à celle de Lomepal. Personnellement, je qualifierais son art de très textuel, en effet, Roméo écrit bien et use de ce talent pour composer sur des sujets divers, variés, et parfois même décalés. En fait, sa plume lui ressemble vraiment. Ses instrus sont généralement posées et sa voix est rauque, inconsciemment sexy, et délicieusement nonchalante. Roméo rap comme il respire. Tout de lui hurle le naturel et c’est beau à voir et à entendre.

roméo

Pour découvrir Roméo Elvis, Isha, Jeanjass & Caballero, Lomepal

 

Macklemore – Zénith – 13 Avril 2018

J’ai aimé Macklemore dès ses premiers succès et eu la chance de le voir une première fois à l’Arena de Genève lors du This Unruly Mess I’ve Made Tour en Mars 2016. J’avais déjà adoré ce concert que j’avais vu en tête de fausse et ne rêvais plus que de revoir Macklemore de nouveau. J’aime cet artiste pour son rap aux sonorités parfois électro, aux paroles belles, fortes et véhiculant de beaux messages positifs et impactants mais parfois aussi amusants et dégentés. De plus, Macklemore est ce que j’aime appeler un bel être humain : dans le même genre que Dan Reynolds ou Machine Gun Kelly, Macklemore s’inspire de son passé sombre et brisé par la drogue pour aider les gens en leur chantant qu’il y a de l’espoir et tellement de bonheur possible dans une seule vie, même lorsqu’on a touché le fond, on peut s’en sortir. Macklemore crie son amour pour sa femme, sa fille, sa joie d’être père, sa passion pour la musique et ses fans dans toutes ses chansons positives et festives. Parfois il écrit sur des sujets plus sombres et c’est aussi une part de son univers le permettant de le faire briller encore plus : pas d’étoiles sans obscurité. De plus cela lui permet de communiquer sur des sujets importants tel que le racisme ou l’addiction… Macklemore est une belle âme au service de la musique et du monde. Un citoyen de l’humanité. Le concert était fantastique et complètement fou ! Depuis le carré d’or j’étais parfaitement placée pour voir Mack, ses danseurs et ses musiciens absolument gonflés d’énergie et de bonne humeur, danser, chanter, sauter, courir et s’amuser sur la scène pendant la totalité du show. Les costumes, chorégraphies, et mises-en-scènes audiovisuelles étaient parfaites, impressionnantes, souvent amusantes et uniques. Du jamais vu. Ses artistes se donnent tellement sur scène, qu’à la toute fin du show, on peut les voir transpirant et essoufflés mais heureux d’avoir tant donné et vécu ce moment de partage. L’ambiance était à son comble tout le long du spectacle et les gens ont quittés le Zénith avec un large sourire et des étoiles plein les yeux. Mention spéciale à Macklemore qui ,à l’inverse de n’importe quelles célébritées au monde, est resté sur scène jusqu’à ce que la salle se vide. Habituellement, après le dernier rappel, l’artiste quitte la scène, les lumière de la salle s’allument et le publique quitte la salle… Pas ce jours-ci. Une fois les lumières allumées Macklemore a laissé partir ses musiciens et la scène du Zénith a été plongée dans une obscurité contrastant avec le bleu de l’écran géant, laissant ainsi voir la silhouette noire à contre-jour de Macklemore dansant et sautillant sur scène jusqu’à ce que la salle soit vide. Quelle énergie ! Quel dévouement !

macklemore

Pour découvrir Macklemore

Niall Horan – Zénith – 18 Avril 2018

En tant que véritable fan des One Direction du début à la fin, je me devais d’assister au concert de chacun de mes petits boys. N’ayant malheureusement pas pu voir Harry Styles se produire, j’ai quand même eu la joie immense de voir Niall sur scène. Du temps des One Direction, j’ai traversé la France et la Suisse deux fois pour les voir en concert. Ainsi, revoir Niall était comme retrouver un vieil ami. Mon cœur c’est rempli de joie lorsque je l’ai vu arrivé si proche de moi, toujours en tête de fausse du Zénith que je connais par cœur désormais. Très admirative et fan de son nouvel album je me suis sentit presque comme une mère fière de son petit garçon devenu grand haha (ne vous moquez pas ! Seules les Directionners qui passeront par-là comprendront ce sentiment si spécial). Le concert était riche en émotion. Niall affichait sur son visage angélique une joie enfantine semblable à celle qu’il portait déjà lors des premiers concerts des 1D. Une expression de visage mêlant bonheur, euphorie, naïveté et surprise. Comme s’il s’étonnait que tous ces gens soient là pour lui, et chantent ses chansons avec lui ! Niall a pris de l’assurance et de la maturité depuis les 1D, pourtant il est resté lui-même, naturel, enfantin, humble et simple. Sa musique lui ressemble : belle, douce, attendrissante, émotive, mais rythmée et bien écrite. Il a du talent, et c’est une joie immense d’en être témoin. Mention spéciale à Julia Michaels ayant assuré la première partie. Julia est une bête de scène, distribue une bonne humeur communicative et possède une voix magnifique.

KISS 108's Jingle Ball 2016 - SHOW

Pour découvrir Niall Horan et Julia Michaels

 

Arctic Monkeys – Zénith – 30 Mai 2018

Last but not least. J’ai terminé mon année de concert en voyant l’un de mes groupes favoris de tous les temps : Arctic Monkeys. J’en rêvais depuis longtemps. L’expérience fut grandiose. Première chose importante à dire, bien que cela tombe sous le sens : Alex Turner, le chanteur du groupe, a un talent indéfinissable dépassant tous les mots et les descriptions possibles. Sa voix si unique résonnait dans la salle avec puissance et venait me chercher à l’intérieur. C’était intense. Entendre leur rock indé en live vaux toutes les enceintes Bose surpuissantes ou écouteurs Beats du monde. Les instruments résonnaient parfaitement dans le Zénith et faisaient vibrer le sol sous mes pieds. Mon cœur vibrait avec les guitares et battait avec la batterie. L’expérience était inégalable et même si les pogos ridicules lancés par des pré-ados pubères stupides et alcoolisés ont parfois causé du tort à l’expérience, ce concert restera pour moi un moment musical puissant. De plus, Arctic Monkeys étant un groupe existant depuis plus de 10 ans, c’était un réel plaisir de les entendre jouer d’anciens morceaux issus de leurs premiers albums. D’ailleurs, c’était l’occasion de réaliser à quel point leurs musiques a su évoluer et s’adapter aux tendances modernes tout en restant fidèles à leurs racines. C’était aussi particulièrement émouvant d’entendre en live l’évolution textuelle et vocale d’Alex Turner ainsi que les progrès et la précision instrumentales des musiciens. En gros, voir AM en concert, c’est de la haute voltige. Je recommande également vivement la fausse car même si les bousculades violentes sont au rendez-vous, le ressentit est juste fabuleux.

arctic-monkeys

Pour découvrir Arctic Monkeys

 

Mention d’honneur à DNCE : Puisque le rôle d’une première partie et de « chauffer » le publique et de nous ambiancer le plus possible dans l’attente de l’artiste que nous sommes venu voir, autant vous dire que DNCE leadé par Joe Jonas a parfaitement su le faire. Leur musique est fun, joyeuse, festive et ils sont tous les quatre des bêtes de scène. Un régal. Meilleure première partie du monde.

DNCE

Pour découvrir DNCE

———————————————————————————————————————————-

Au total, j’ai vu dans ma vie 26 concerts dont 19 juste cette année. Comme vous l’avez compris, je vis pour ces moments-là. La musique en live, à son état pur est devenu une réelle addiction pour moi dont je ne prévois pas de guérir ! En effet, je vais profiter de ma chance de vivre à NY pour voir encore plus de show puisque la ville de tout les possible me le permettra. J’ai même déjà réservé mes places pour un groupe que j’aime de tout mon cœur : The Neighbourhood. Vous continuerez donc à voir des photos et stories de concerts sur mon Instagram assez souvent 😉 Je vais d’ailleurs continuer à poster des articles axés concerts et musique puisque vous avez été nombreux à me le demander. Merci d’être là et de m’inspirer !

————————————————————————————————————————————

Je termine cet article sur une conclusion importante à mes yeux : n’oubliez pas que la musique est un art puissant permettant de communiquer, transmettre, guérir, rassurer, fédérer, rassembler, éveiller, et rendre heureux. Ne sous-estimer pas le pouvoir de la musique ou son importance. De nos jours, les jeunes se rendent en festival et pensent avant tout aux photos « instagramable » qu’ils pourront faire, ou à l’alcool et autres substances qu’ils consommeront sur place. Mais la musique devrait passer avant tout cela et ne pas être secondaire. Nous avons la chance de vivre une époque permettant aux artistes de se déplacer dans le monde entier pour performer et nous offrir des spectacles à couper le souffle. Alors, allez voir des concerts pour les bonnes raisons, et laissez la musique vous porter.

 

— Salutations distinguées, Cece !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s