Portrait – Hadrien Gass, réalisateur de The Cure.

Bonjour à tous,

Je reviens aujourd’hui avec un article un peu différent. Comme vous le savez, j’ai développé un fort intérêt pour le cinéma assez récemment, notamment grâce aux rencontres tant hasardeuses qu’artistiques que j’ai faite en quittant ma petite campagne pour partir à la conquête des grandes villes: Lyon, Paris, Londres et finalement New York. En arrivant ici, il y a tout juste un mois, j’ai fait la rencontre d’un jeune réalisateur Français ayant tout juste quitté les bancs de l’école, dont la belle carrière cinématographique ne fait que commencer. Assistons au décollage fulgurant d’un cinéaste dont nous entendrons bientôt parler en commençant par visionner son dernier court-métrage:  The Cure.

the cure

Cette oeuvre d’anticipation s’engage avec subtilité et intelligence dans la lutte contre l’homophobie et se veut fenêtre ouverte sur le futur de notre société si l’homophobie prenait le dessus. Si vous avez aimez Come as you are (réalisé par Desiree Akhavan), ou même la saison 2 d’American Horror Story, vous allez adorer The Cure.

Ce court-métrage à la réalisation intéressante, complète, professionnelle, et significative met en scène un Docteur Bloom au regard intransigeant et inexpressif essayant par tous les moyens – même les plus barbares – de « soigner » ces patients homosexuels afin de les remettre sur le chemin de l’hétérosexualité, synonyme pour lui d’unique vertus. Nous nous retrouvons donc immiscer dans l’intimité blanchâtre et blafarde de cette hôpital effrayant et impersonnel aux allures de prison psychiatrique pour assister presque malgré nous à la maltraitance physique et psychologique de deux personnages: George et Samantha. Deux personnages, deux personnalités, auxquelles vous parviendrez à vous attacher en un rien de temps. En effet, si la psychologie des personnages peut vous émouvoir en si peu de temps, c’est grâce à la réalisation recherchée d’Hadrien Gass qui, à l’aide de gros plans et de regards-caméra, parvient à nous rapprocher de ses protagonistes et à nous faire ressentir leurs peurs, leur désespoir, et leur sentiment d’enferment. Tout cela additionné à une approche de la lumière et des couleurs tout à fait remarquable: la rouge est très présent comme pour annoncer le danger ou la peur, alors que les couleurs froides et bleutées projetées sur le Docteur Bloom renforcent son aura peu rassurante. Ces couleurs toujours contrastantes de façon presque criarde avec le blanc des murs et des costumes.

Au delà d’un message fort et engagé, porteur d’une moralité questionnant beaucoup d’aspects de notre société d’aujourd’hui tel que l’homophobie, la famille ou même la religion; The Cure permet aussi à son réalisateur de démontrer tout son professionnalisme cinématographique d’un point de vue technique. En effet, Hadrien Gass parvient tout naturellement à nous plonger dans une ambiance oppressante via des plans recherchés, des jeux avec la mise au point et la macro et un plan renversé particulièrement réfléchis permettant au film de dévoiler son plot twist et aux spectateurs de percer à jours la personnalité du Dr Bloom de la même façon que nous avons tous enfin compris l’entièreté de la psychologie du professeur Rogue à la toute fin de la saga Harry Potter. (Quand je compare un film à Harry Potter, c’est qu’il y a du potentiel). Les connaissances cinématographique d’Hadrien Gass et son style déjà bien affirmé lui permettent l’aisance experte de jouer avec les plans, la lumière, la caméra, le son, la musique et même les objets en guise de métaphore pour faire passer des messages subtiles aux spectateurs. Mention spéciale pour la réussite allégorique du court-métrage: le crayon, l’absence de fenêtre, l’échiquier… Tous ses objets du quotidien son lourds de sens dans The Cure et même à la portée du spectateur le moins avertis. En effet, tout en se rendant accessible à tout publique, le style d’Hadrien Gass n’en reste pas moins recherché qu’un film d’auteur.

Mais qui est donc Hadrien Gass ? D’où vient se réalisateur si prometteur  ? Après avoir terminé l’ESRA-Paris, Hadrien Gass à commencer sa carrière de « gaffer » (chef éléctro) à New York. Pour faire simple, il travail main dans la main avec le chef opérateur afin de traduire – via la lumière – l’ambiance que ce dernier souhaite donner aux différentes scènes. Cela explique donc l’esthétique lumineux que l’on retrouve dans The Cure. En plus d’être un métier très technique, le gaffer est doté d’un sens artistique important lui permettant d’être force de proposition et d’échanger avec le chef opérateur afin de créer une ambiance authentique et réussie tout au long du tournage. Hadrien Gass a déjà pu faire profiter plusieurs tournage de son talent de gaffer. Très « touche-à-tout », il a signé la lumière de sa plume dans un film connu sous le titre français de C’est qui cette fille. Ce tournage lui a offert beaucoup de liberté artistique puisque le chef opérateur lui a laisser l’entière liberté quant aux choix des couleurs de lumière de la totalité du film. Hadrien Gass enrichit aussi son panel en participant aux tournages de publicités. Son métier de gaffer lui permet de mieux comprendre et connaître le cinéma. Il souhaite donc continuer à l’exercer afin de continuer à apprendre et à s’améliorer avant de revenir vers la complexité de la réalisation. Quand bien-même The Cure est un film très réfléchis et aboutit, son aspect authentique se traduit par son côté expérimental. En effet, Hadrien Gass  a utilisé son premier film comme une occasion d’essayer toutes sortes de pratique cinématographique, n’en restant pas moins cohérentes et censées. Tout se « background » très technique découlant de son métier nous permet donc de mieux comprendre la réalisation et la production de The Cure qu’Hadrien a pris plaisir à tourner toujours en dirigeant ses acteurs et son équipe technique de façon laxiste afin de les laisser exprimer leurs propres créativités au profit du film. Mention spéciale au décors et aux acteurs talentueux d’ailleurs !

hadri

9

10

Pour conclure, dois-je vraiment préciser que je vous encourage vivement à visionner  The Cure ? C’est évident. Si vous aimez le cinéma, alors ne perdez pas de vue Hadrien Gass. Son nom ne devrait plus tarder à être connus. J’achève donc cet article en partageant avec vous ma joie et ma gratitude immense envers les villes telles que New York attirant des artistes en tout genre, venant du monde entier pour y exprimer leur art et y affirmer leur signature avec l’espoir intérieur d’y réussir et d’y trouver de le reconnaissance. New York et une ville m’inspirant chaque jours dans mon amour pour l’écriture et ma passion pour la mode. New York est une ville permettant à de jeunes artistes cosmopolites de se trouver et de se définir mieux que nulle part ailleurs exactement comme Hadrien Gass l’a fait depuis son arrivée ici. Il ne peut y avoir d’Hadrien Gass sans New York, ni de New York sans Hadrien Gass. Le cinéma Français à l’international à définitivement besoin de jeunes réalisateurs comme lui. La Big Apple peut se sentir honorée d’accueillir une telle personnalité.


Je poste ici ce petit post-scriptum pour remercier Hadrien Gass d’avoir discuté avec moi de son cinéma et, je remercie également une personne chère à mon cœur pour avoir co-écrit l’aspect technique du cinéma de cet article (Galito,tu te reconnaîtras). J’en profite aussi pour vous informer que je ne devrais plus tarder à vous annoncer quelques bonnes nouvelles ici, et sur Instagram. So, stay tuned ! J’ai tellement d’idée que je ne trouve plus le sommeil. New York m’inspire tellement. Je reviens très bientôt avec plus de contenu Fashion (YAAAAY) et vous allez bientôt pouvoir me lire sur une nouvelle plateforme (en plus de Trendycece.com, restant évidemment actif) me faisant l’immense honneur de me publier. Vous en saurez plus très vite.

 

— Salutations distinguées, Cece.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s