Coups de cœur

Pour mon premier article coup de cœur, j’avais envie de partager avec vous un court métrage animé qui m’a récemment beaucoup touchée. Il a eu un véritable succès, amplement mérité et beaucoup avant moi en ont parlé, mais cet article me tenait à cœur. Ça tombe bien, puisqu’on parle de cœur et d’article coup de cœur (oui ça fait beaucoup de cœur),  c’est justement le thème principal de ce film :

In-a-Heartbeat-696x378.png

( lien vidéo : In a heartbeat )

Ce court métrage a été réalisé par deux étudiants Américains nommés Beth David et Esteban Bravo dans le but de véhiculer un beau message de tolérance face à l’amour homosexuel et plus généralement à la communauté LGBT : « C’est un sujet qui n’a jamais vraiment été abordé dans les films d’animation. C’est très important pour nous de promouvoir un message d’acceptation auprès de toutes les personnes LGBT qui ont du mal à assumer leur sexualité ».

Mon analyse du court métrage :

Le film s’ouvre sur un personnage attachant proche de son établissement scolaire, le garçon semble effrayé. On comprend quelques secondes après qu’il tente de se cacher d’un autre jeune garçon qui semble beaucoup lui plaire, cependant le petit rouquin semble paniqué et mal à l’aise face à ce qu’il ressent. Tandis que l’autre garçon au visage très angélique, incarnant une allégorie d’Adam, jonglant avec la pomme tentatrice, fruit du désir, marche tranquillement vers l’école.

Le cœur du petit rouquin sort littéralement de sa poitrine en une métaphore du coup de foudre et prend forme humaine avec un visage adorable, enfantin et naïf. Le petit cœur qui bat la chamade s’enfuit – bien que son propriétaire résiste de toutes ses forces – et se retrouve directement entre les mains du jeune « Adam » à la place de la pomme sans même que celui-ci s’en aperçoive tandis que le petit rouquin tente tant bien que mal de le récupérer, ici Adam joue sans même le savoir avec le cœur (les sentiments et émotions) de notre petit roux préféré. Là aussi, il s’agit d’une métaphore forte représentant le combat entre l’amour plus fort que le désir et la raison et à quel point remettre son cœur entre les mains de quelqu’un est périlleux. C’est d’ailleurs à ce moment-là du film que le spectateur réalise que dans ce court métrage le sentiment amoureux est complètement désexualisé tant il est représenté de façon enfantine, métaphorique, et touchante (c’est sans doute la raison pour laquelle la pomme ne réapparaît jamais).

Lorsque les deux garçons se retrouvent face à face, le petit cœur devient plus fort et incontrôlable : il guide complètement son propriétaire à la poursuite du jeune Adam sans lui laisser la moindre chance de résister, bien qui celui-ci finisse sale et légèrement blessé par toute cette course. Ici encore, cette séquence représente la force du sentiment lorsqu’un cœur tombe amoureux et s’emballe complètement pour le fruit de son amour. Si l’adorable rouquin ne sort pas indemne de cette course poursuite, c’est justement parce que, mine de rien, tomber amoureux c’est brutal !

Au moment fatidique ou le petit cœur parvient enfin à relier les deux garçons et à faire naitre un sentiment de réciprocité, son mignon petit propriétaire se retrouve face à un dilemme. En effet, le regard méprisant des gens autour d’eux l’oblige à rompre le lien et à briser son cœur en deux, ce qui cause d’ailleurs la déshumanisation du petit cœur auquel nous, spectateurs, sommes déjà très attachés (oui oui, au bout de moins de 4 minutes de vidéo). Cette séquence marque une rupture violente dans la trame scénaristique, en effet, à l’instant ou le cœur est déchiré, les portes se ferment, les couleurs s’assombrissent et la musique présente depuis le début du film s’interrompt pour laisser place à un silence pesant. Une fois de plus, c’est une décision intelligente de la part des réalisateurs afin de représenter la brutalité d’un cœur qui se brise aussi soudainement.

Lorsque le cœur est réparé grâce au beau Adam, il reprend finalement forme humaine simplement car, comme la métaphore l’indique : il recommence à battre. C’est aussi à cet instant précis que les couleurs redeviennent chaudes et joyeuses, et que la musique reprend.

Je conclurais donc en disant que ce court métrage, en plus d’être adorable et touchant, est très bien pensé et magnifiquement bien réalisé. En effet, après analyse, nous spectateurs, pouvons réaliser à quel point la morale transmise par ce film est forte et incroyablement bien imagée de façon à ce que même un enfant la comprenne. C’est un petit chef d’œuvre d’animation respectant parfaitement les caractéristiques imposés par une trame narrative cinématographique.

Je dirais enfin qu’il est temps que les jugements et les regards méprisants face au véritable amour cessent. Combien de cœurs brisés faudra-il avant que notre société comprenne que le sentiment amoureux doit être protégé et chéri à tout prix quelque soit la forme qu’il prenne ? Laissez les gens s’aimer, c’est tellement important. Aimez-vous les uns les autres et respectez-vous. Surtout n’ayez pas peur de ce que vous ressentez, n’ayez pas peur d’aimer, assumez vos sentiments, assumez qui vous êtes. Il n’y a rien de plus beau que deux cœurs qui s’aiment.

Salutations distinguées, Cece !